Santé Algérie : Démarrage du Plan anti-cancer

vendredi 14 octobre 2016.

Le Plan anti-cancer 2015-2019, qui devait entrer en vigueur en 2015, est « activé » et sa mise en oeuvre a commencé, a annoncé, hier, mercredi, le Professeur Messaoud Zitouni, chargé par le Président Bouteflika de le piloter. Le Pr Zitouni a précisé, dans une intervention à la radio nationale, à l’occasion du « Mois du cancer » qui correspond au mois d’octobre, que « le Plan (national) anti-cancer 2015-2019 entre dans sa mise en œuvre », et cette phase « est la plus cruciale », car c’est celle de « son application, et elle est en très bonne voie, vu l’engagement des plus hautes autorités de l’Etat et leur intérêt pour la lutte contre le cancer. »

Ce plan, a t-il rappelé, a été adopté en Conseil des ministres, le 24 mai 2015, « ce qui a donné un nouvel élan à la mise en oeuvre de ce plan. « Plus concrètement, la première phase de ce plan de lutte anti-cancer a démarré, selon le Pr Zitouni, « il y a six mois, à travers trois types de réalisations : mise en place d’une organisation générale multidisciplinaire, avec la mise en place de la Commission nationale de mise en oeuvre et celle d’évaluation, constituées d’experts pour juger des réalisations. » Et, déjà, il estime qu’ « il y a un certain nombre de réalisations très encourageantes, comme la radiothérapie, ou la formation » des spécialistes pour la prise en charge des malades. Pour le Pr Zitouni, l’incidence du cancer ne fait qu’augmenter » (depuis 50 ans, dans le monde, pour 3 raisons essentielles : le vieillissement des populations, leur changement de comportement et notamment la consommation du tabac et une mauvaise alimentation, et enfin, il y a la complexité de cette maladie, qui implique sa prise en charge et donc son traitement. » En Algérie, il estime que le nombre de cas de cancer est en augmentation, et va au-delà des 48.000 nouveaux cas, chaque année. Avec une prévalence du cancer du sein (10.000) suivi par le cancer du colon (4.000) et celui du poumon (3.500). « Il y en a même qui disent qu’on peut aller jusqu’à 50.000 nouveaux cas, annuellement », a-t-il indiqué, avant de souligner que les chiffres exacts sur le cancer, en Algérie, seront connus dans une semaine, dont les nouveaux cas. « C’est une réalité qui doit être prise en compte pour sa prise en charge », a-t-il rappelé, relevant que les cancers les plus répandus, en Algérie, correspondaient, il y a 20 ans à ceux dépistés dans les pays en développement. Mais, depuis quelques années, précise-t-il, il y a une prédominance de quatre types de maladies comme le cancer du sein, de la prostate, du poumon et du colon, « ce sont quatre types, qui correspondent à ceux des pays développés, comme celui de l’intestin qui se développe, rapidement avec le changement d’alimentation, de manière malsaine, des Algériens, qui favorise cette pathologie. » Pour le cancer du sein, il a indiqué qu’il y a 12.000 nouveaux cas chaque année. Il précise, en outre, l’installation d’une Commission nationale de dépistage du cancer du sein. « Il y aura des zones pilotes pour cela dans les prochaines semaines », a t-il expliqué, avant de relever que le budget alloué au plan anti-cancer est de 200 milliards de dinars, soit environ 40 à 50 mds de dinars par an. « L’Etat a mis en place un fonds spécial pour la lutte contre le cancer, et les bonnes volontés sont appelées à contribuer à cet effort financier », a appelé le Pr Zitouni.

Si « on est bien loin de la crise de 2011, en termes de prise en charge, en matière de radiothérapie », le Pr Zitouni reste lucide en déclarant qu’il y a, là encore, « beaucoup de retard à rattraper dans la prise en charge des cancéreux. » Pour autant, « nous avons programmé 20 nouveaux centres anti-cancer, mais ils ne sont pas ouverts. En 2016, on aurait du ouvrir 5, dont ceux de Tlemcen, Sidi Bel- Abbes, Béchar, Adrar. » « Ce retard va avoir un effet sur les malades, et on est encore loin des standards internationaux en matière d’équipements, comme les accélérateurs pour la radiothérapie », estime t-il. Car pour lui, « le vrai problème concerne la radiothérapie, en Algérie, et depuis 2013 on plaide pour l’installation de services de radiothérapie dans les grands CHU ou hôpitaux. Il sera plus facile et plus rentable d’installer des services de radiothérapie, plutôt que des centres anti-cancer multidisciplinaires, plus coûteux et lourds en termes d’équipements », affirme le Pr Zitouni qui précise que « c’est ce que nous sommes en train de préconiser. »

par Yazid Alilat - Le Quotidien d’Oran


Laisser un commentaire à cet article

Forum : il y a 1 contribution(s) au forum.

Santé Algérie : Démarrage du Plan anti-cancer par zakarya, le : 12 novembre 2016

Qu’Allah fasse miséricorde au gouvernement algérien pour ses nombreuses réformes visant à améliorer la condition générale du peuple. En espérant que le plan anti-cancer sera autant efficace que les précédentes réformes.

N’oubliez pas de visiter notre boutique de sarouel en ligne au passage.


> Santé Algérie : Démarrage du Plan anti-cancer

> Vers un vaccin contre le Sida ?

> Le leader historique algérien évoque le détournement de 1956

> Algerie : Ce qui vous attend en 2008

> Algerie : Belkhadem règle ses comptes

L'Edito
Actualités
Téchnologie
Téléphonie
Economie
Pour elle
KarEcriture
Sports
Culture
Forums
| Qui sommes nous ? | Nous contacter |
Webmaster | Copyright 2004 - 2016 Actualités Algérie
Squelettes : Silent | Plan du site