faut-il développer les gaz de schiste ?

Détracteurs et laudateurs s’opposent sur la question

dimanche 7 octobre 2012.

La nouvelle loi sur les hydrocarbures balise le terrain à l’exploitation de gaz de schiste.

Entre avantages fiscaux susceptibles de motiver les compagnies pétrolières qui décideraient d’investir dans les hydrocarbures non conventionnels et allongement des délais d’exploration à 11 ans et d’exploitation à 40 ans pour ces shale gas, prévus par le texte de l’amendement, la volonté d’encourager le nouveau filon est clairement affichée. Une volonté d’ailleurs réitérée, lundi, par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, qui a annoncé, catégorique, que l’Algérie allait investir dans les hydrocarbures non conventionnels. La compagnie nationale des hydrocarbures n’a pas attendu ce nouvel environnement réglementaire et institutionnel pour se lancer dans la phase d’évaluation de l’état des réserves et de la rentabilité de tels projets.

Au mois de juin dernier, le directeur central des associations de Sonatrach, Kamel Eddine Chikhi, annonçait, à partir de Kuala Lumpur, que la firme pétrolière nationale disposait déjà d’un puit pilote dans le bassin d’Ahnet. Quelques jours plus tard, CGG Veritas remportait un appel d’offres pour la réalisation d’une étude sismique terrestre à Timimoun, entrant dans le cadre du plan de développement des gaz non conventionnels. Ce fut ensuite au tour de Shell de signer un accord de coopération avec Sonatrach pour évaluer le potentiel de ces ressources.

C’est dire que l’intérêt des compagnies du secteur est vif. Un intérêt qui contraste pourtant avec la position affichée par une partie de l’opinion publique, qui épouse un sentiment écologique né dans de nombreux pays occidentaux quant à la crainte d’un impact de ce genre d’industrie sur l’environnement et, pour le cas de l’Algérie, sur l’intégrité des ressources aquifères de l’Albien. Une pétition a été lancée par des Algériens résidant en Europe afin de dénoncer les dangers d’une exploitation des gaz de schiste. Face à cette interpellation, le Premier ministre, se voulant rassurant, a affirmé qu’il existe aujourd’hui des moyens permettant une extraction sans impact sur l’environnement.

Or, à cette conscience écologique, le débat d’experts entre détracteurs et laudateurs des shale gas met en cause la pertinence de l’investissement dans ces nouvelles ressources. Hocine Malti, ancien vice-président de Sonatrach, a en ce sens émis, dans une interview accordée à notre confrère Le Soir d’Algérie, de sérieuses interrogations sur les motivations d’un tel choix. Il oppose ainsi aux shale gas une autre piste, celle du développement des énergies renouvelables, laquelle serait, selon lui, plus pertinente au vu des potentialités dont dispose l’Algérie en la matière.

Un point de vue partagé par un autre ex-responsable de Sonatrach, Nazim Zouiouèche, lequel ne ferme pas non plus la porte aux gaz de schiste, estimant que l’Algérie se doit de rester en veille technologique, d’évaluer ses potentialités en la matière et de cerner toutes les problématiques liées à l’exploitation des gaz de schiste. Cependant, que ce soit par l’énergie solaire ou les hydrocarbures non conventionnels, un souci constant semble occuper les esprits des experts et des pouvoirs publics, à savoir comment appréhender l’avenir énergétique du pays. Une interrogation farfelue pour un pays riche en hydrocarbures ? Ce n’est pas si sûr. Face à la demande croissante en énergie sur le marché intérieur et le pic atteint sur les vieux puits, le gouvernement se fixe l’objectif de mobiliser toutes les ressources.

Le ministre de l’Energie et des Mines a d’ailleurs été clair à ce propos, il y a quelques jours. Que ce soient les hydrocarbures conventionnels, les hydrocarbures non conventionnels, le charbon, le nucléaire ou les énergies renouvelables, tout est bon à prendre pour satisfaire la demande sur les marchés interne et externe. Et même si l’on est au stade de l’évaluation des potentialités, de la rentabilité économique et de l’impact sur l’environnement, les gaz non conventionnels demeurent pour l’heure une option viable. Et tous les experts s’accordent sur ce point : il faudra un jour ou l’autre aller vers les gaz non conventionnels, notamment à la lumière de l’évolution rapide des technologies dans ce domaine. L’ancien PDG de Sonatrach, Abdelmadjid Attar, nous confiait il y a quelques jours que les réserves actuelles de gaz dont dispose l’Algérie pourraient couvrir entre 30 et 50 ans de demande.

Et les gaz de schiste sont nécessaires pour « la transition à un mix énergétique rapide sur la décade à venir ». Une opinion défendue par le premier responsable du secteur qui, au-delà de la satisfaction de la demande interne, développe la nécessité de permettre à l’Algérie de continuer à exporter des hydrocarbures pour garantir les conditions de financement de son économie. Autrement dit, il s’agit surtout de s’assurer de la continuité de la rente.

Roumadi Melissa EL WATAN


Laisser un commentaire à cet article

Forum : il y a 3 contribution(s) au forum.

faut-il développer les gaz de schiste ? le : 14 mai 2013

je crois qu il est necessaire de ne pas investir en algerie, le gaz non conventionnel des etats unis arrivent sur le marche ,ils ont d importantes ressources et des debouches , les cours du brut et du gaz vont baisser ces prochaines annees ...je dis a nos pseudos responsables politiques d investir masssivement dans la formation , formation de qualites , et ceux dans tous les domaines , dans l exportations d agrumes , et qui a eux seul peuvent remplacer l exportations du brut , l espace nous l avons ,le soleil et l eau , il est possible de le faire , il faut avoir un systeme financier de ce nom ,plus de change au black qui enrichit les malfrats il est anormal de faire appel a des ouvriers chinois ou portugais pour travailler sur nos chantier , en investissant massivement dans la formation plus besoin de faire appel a des macons etrangers ...moi a mom niveau je ferais bien que nos minables de politiques qui pour certains n ont jamais lu de livre de leur vie ...


[ Retour au début des commentaires]
faut-il développer les gaz de schiste ? par saidi, le : 17 novembre 2012

je pense que cela pourrait detruire l eco systeme de l algerie si ca ne l ete pas d autres pays comme la france aurait deja exploite cette richesse alors je dis non .......

faut-il développer les gaz de schiste ? le : 25 février 2013

Bonjour, c,est une grave erreur cette exploitation , regarder ce qu,il s est passer au Canada,une catastrophe de tres grande ampleur : plus d eau potable, car le gaz se melange a l eau,la faune et la flore seront detruits irremediablement,donc plus d agriculture ceux qui prendront cette decision tueront une region entiere.A bon entendeur salut.


> Algérie : Pas de rigueur mais de la prudence !

> faut-il développer les gaz de schiste ?

> Algérie : Il n’y aura pas de cure d’austérité en 2013

> Algérie : Les 200 milliards de $ de réserves sont déjà en circulation en dinars

> Algérie : IMC remporte le 9e trophée export

L'Edito
Actualités
Téchnologie
Téléphonie
Economie
Pour elle
KarEcriture
Sports
Culture
Forums
| Qui sommes nous ? | Nous contacter |