Le scandaleux retard de l’Algérie en matière de TIC

jeudi 12 avril 2012.

Le taux de pénétration de l’ADSL est loin de connaître un rythme soutenu. On est loin des déclarations des autorités algériennes souhaitant atteindre les six millions d’abonnés ADSL avec PC à l’horizon 2010.

L ’Algérie est-elle en train de rater son virage technologique ? Cette question pertinente est d’actualité à l’ouverture de la 21e édition du Salon international de l’informatique, de la bureautique et de la communication (Sicom 2012) au Palais des expositions des Pins maritimes (Alger). Dans une déclaration à la presse, Moussa Benhamadi, ministre des PTIC, a indiqué, qu’à travers ce salon, « nous voulons permettre à des porteurs de projets de les concrétiser et d’en faire des solutions au service du citoyen, de l’entreprise et de l’administration algérienne », mais a évité les questions qui fâchent. Le Sicom 2012 ambitionne de « renforcer la dynamique enclenchée lors de la dernière édition par l’encouragement des PME dans les activités de création de logiciels et progiciels en tant que moyen privilégié d’assimilation des TIC par les compétences nationales ». Mais au-delà de la vitrine, les spécialistes constatent que l’Algérie est à la traîne, particulièrement dans le domaine de l’accès à l’internet à haut débit, voire à très haut débit.

Un seul chiffre l’atteste : selon une étude réalisée par l’Union internationale des télécommunications (UIT) sous forme de classement de 152 pays selon leurs niveaux d’évolution des TIC durant la période 2008-2010, notre pays occupe la 103e place. Les critères de ce classement sont l’accès, les usages des TIC et les compétences. A titre de comparaison, le Maroc est à la 90e place. Dans ce pays, le nombre d’utilisateurs d’internet a évolué de 50% grâce à la montée en puissance de la 3G. Leur taux de pénétration est passé de 2,3% à 10% et les prix de la 3G rivalisent avec ceux de l’ADSL. Au Maroc, en deux ans, les prix d’internet ont baissé de 40%. En Algérie, le nombre d’utilisateurs au 31 octobre 2011, était de 960 000 abonnés ADSL. La majorité navigue avec un débit de 512 kbps, ce qui est largement insuffisant pour le type de contenus proposés aujourd’hui sur internet. En Algérie, la 3G n’est qu’au stade de projet ou d’intention gouvernementale ; même le ministre du secteur se contredit parfois à travers ses déclarations. Les démentis et les mises au point se succèdent à l’ombre des négociations menées entre Vimpelcom et l’Etat algérien. Ce qui ajoute à la confusion générale.

Même le taux de pénétration de l’ADSL est loin de connaître un rythme soutenu. On est loin des déclarations des autorités algériennes souhaitant atteindre les six millions d’abonnés ADSL avec PC à l’horizon 2010. Algérie Télécom vit une instabilité chronique au niveau de sa direction générale. « Ayant déjà subi de plein fouet l’impact de l’ouverture du marché de la téléphonie mobile à la concurrence, l’avènement annoncé du haut débit mobile pourrait sonner le glas de notre entreprise au cas où nous persistons dans notre façon de faire. Force est de constater, en effet, qu’Algérie Télécom n’a pas encore réussi son passage du statut d’opérateur de réseau régi administrativement à celui d’opérateur de services centré sur le client et à l’écoute de ce dernier, ce qui est notre véritable raison d’être », a avoué Azouaou Mehmel, PDG fraîchement installé à AT (mais pour combien de temps ?) à l’occasion du 10e anniversaire de la création de cette entreprise.

Par ailleurs, les sociétés algériennes restent en retrait de la révolution du numérique. « Au titre de l’accélération de l’usage des TIC dans les entreprises, il a été identifié 13 actions de développement de services en ligne et d’applications (e-Algérie) en direction des entreprises algériennes. Pratiquement aucune action n’a atteint la lancée », nous a déclaré Ali Kahlane, président de l’AAFSI. Un plan livré à lui-même, dévoyé et qui n’a pas été pris au sérieux. Il n’y a eu que peu de communication entre les acteurs qui devaient l’appliquer. Autre grief retenu : la mise à niveau et la sécurisation (secours et back-up) de l’infrastructure du haut débit. Une commission vient d’être créée dans ce sens, mais cela n’a pas empêché une panne d’internet de plus de 5 heures à l’échelle nationale. Et une autre dans la gestion des comptes CCP, l’hiver dernier, qui a duré plusieurs jours. Il est signalé la formation de 300 000 fonctionnaires dans les TIC (à peine 5% concernés).

Concernant la mise en place d’une agence de gestion du « .dz », il a été constaté peu de progrès : il y avait 3000 sites en 2007, nous en avons 4000 maintenant, soit 16 noms/mois. Comment parler, avec cet état des lieux, de développement de contenu ? Dans ce tableau noir, on peut néanmoins retenir quelques objectifs partiellement atteints : création d’un fonds FaudTIC lancé timidement en janvier 2012, ainsi que la création de deux cyberparcs à Oran et Annaba, après le lancement en février 2012 du cyberparc de Ouargla.

Kamel Benelkadi el watan


Laisser un commentaire à cet article

Forum : il y a 1 contribution(s) au forum.

Le scandaleux retard de l’Algérie en matière de TIC le : 17 avril 2012

Je suis très etonné d’entendre de l’existence de l’adsl en Algérie , est que un débit de 512 ou 1 mo selon la facture et qui très ralenti chez l’utilisateur juqu’à 0 ou 1 ko .
En plus le ministre de ptic se vente d’avoir mis en place le MSAN , qui n’existe plus .


> Condor prévoit d’exporter pour un demi-milliard d’euros en Europe

> Le scandaleux retard de l’Algérie en matière de TIC

> Désertec avance bien en Algérie

> Algérie : Internet ? Les cancres… c’est nous !

> le Bouquet Canal + en Algérie et au Maroc

L'Edito
Actualités
Téchnologie
Téléphonie
Economie
Pour elle
KarEcriture
Sports
Culture
Forums
| Qui sommes nous ? | Nous contacter |
Webmaster | Copyright 2004 - 2016 Actualités Algérie
Squelettes : Silent | Plan du site